Et si on partait vivre au Brésil ma chérie ? de Lili Plume
Brésil

L’expatriation, une expérience de rêve ?

Partager l'article
  • 47
  • 1
  • 1
  •  
    49
    Partages

Combien d’entre-nous se sont déjà demandé si changer de vie, partir, loin de préférence, serait une façon de vraiment vivre la vie que l’on souhaite?

Fuir un quotidien qui ne nous satisfait pas pleinement, saisir l’opportunité d’un emploi à l’étranger, découvrir la vie ailleurs…

dans un pays dont la culture ou les paysages nous attirent,

où tout semble parfois plus facile qu’en France ?

Lili Plume l’a fait. Elle raconte avec humour son expérience d’expatriation dans un livre publié en 2018 : Et si on partait vivre au Brésil, ma chérie ?

Aujourd’hui donc, c’est un drôle de voyage que je vous présente. Celui d’une famille qui s’installe dans le plus grand pays d’Amérique du Sud, le Brésil.

Carte et drapeau du Brésil

À propos de l’auteure

À l’origine pseudonyme pour Facebook, Lili Plume s’est ensuite naturellement imposé comme nom de plume.

Pour des raisons de confidentialité, Lili Plume a d’ailleurs préféré modifier les prénoms de tous les protagonistes du récit.

Avant son départ, Gaëlle est professeure des écoles dans l’Académie de Grenoble. Elle vit en couple avec Maxime (non mariée, ce qui lui causera quelques tracas arrivée à destination…).
Ils sont parents d’un jeune garçon de 4 ans appelé Nathan.
Maxime est ingénieur dans l’automobile pour une grosse multinationale. Il accepte l’opportunité d’un poste à responsabilité au Brésil et embarque ainsi toute la famille dans une nouvelle vie.

Une première expérience de l’expatriation les mène au Brésil pendant 3 ans de janvier 2014 à fin 2016. Ils s’installent à São José dos Campos, dans l’état de São Paulo, au sud du pays.

Puis ils prolongent l’aventure en acceptant un contrat au Mexique où ils vivent encore au moment où j’écris cet article (novembre 2019).

D’ailleurs, Lili Plume prévoit un tome 2 à Et si on partait vivre au Brésil ma chérie ? Si vous voulez suivre l’avancée de son projet et savoir quand sortira Et si on partait vivre au Mexique ma chérie ?, rendez-vous sur son blog ou sa page Facebook.

Et si on partait vivre au Brésil, ma chérie ?, un récit autobiographique

Lili Plume raconte avec dynamisme la première année de son expatriation. Une période intense de sa vie partagée entre excitation et doutes. Une année pendant laquelle il a fallu sans cesse s’adapter, un temps à la fois long et court, parsemé de sentiments contradictoires.

« Je ne rentrerai plus jamais ! » (en France, NDLR)

Et 40 pages plus loin :

« Allez ! On rentre en France ! Ça suffit ! »

Il s’agit donc d’un témoignage sur un changement de vie et les évolutions qu’il génère chez ceux qui prennent la décision du grand saut dans l’inconnu.

On y découvre le Brésil à travers le quotidien de Gaëlle, un quotidien d’expatriée dont la situation est non seulement très éloignée de ce que l’on peut connaître dans notre vie de tous les jours en France, mais aussi très différente de la vie de la plupart des Brésiliens.

Une vie dans une sorte de bulle. Pour autant, cette dernière n’est ni protectrice ni garante d’une vie de rêve telle qu’on la fantasme parfois. J’y reviens un peu plus en détail par la suite.

Mais, avant, je veux vous donner tout de suite mon avis sur ce titre.

Ce livre m’a-t-il plu ?

Eh bien, je dois dire que mon avis est très mitigé sur la question. 😕

En réalité, l’auteure n’a pas réussi à m’emporter dans son tourbillon malgré tout son enthousiasme. Cela tient plus à une façon d’écrire que de l’histoire en elle-même.

Présenté tel un journal de bord, le récit est découpé en chapitres qui correspondent tous à une durée dans le temps : 1 mois. Eux-mêmes sont ensuite saucissonnés en autant de thématiques que nécessaire pour l’auteure sans qu’il n’y ait nécessairement de liens entre eux. Ce découpage sans âme me plonge dans l’ennui. Je ne suis pas séduite. 😞

De plus, les discussions entre copines rapportées au discours direct m’ont paru interminables et je n’ai pas trouvé qu’elles apportaient grand-chose à l’affaire. Les dialogues trop souvent ponctués de « ha ha » ont fini par m’exaspérer alors qu’ils me faisaient sourire au début. Il y a tant d’autres façons d’exprimer que l’on a beaucoup ri !

Le ton léger et enjoué qui rend le livre rafraîchissant au départ finit ainsi par alourdir la lecture dans la longueur.

Je me suis également perdue avec la multitude de personnes citées, car les descriptions trop superficielles ne m’ont pas permis de les reconnaître au fil du récit. 420 pages comme cela, c’est long !

Cela dit, je crois qu’il n’y a que moi qui ai éprouvé un tel sentiment.

Car, si on lit tous les avis positifs postés par les lecteurs et lectrices sur Amazon, on voit bien que je suis une des rares à attacher de l’importance à ce genre de détails !

Malgré cet avis peu flatteur, Et si on partait vivre au Brésil, ma chérie ? présente aussi de nombreux points positifs. Je peux donc, en toute honnêteté, trouver de bonnes raisons qui vous inciteront à le lire ! 🙂

Depuis la publication de cette chronique en novembre 2019, l’auteure a «remastérisé» son manuscrit. Elle m’a dit avoir modifié légèrement ses dialogues et approfondi ses descriptions. Je ne prendrai pas le temps, pour l’instant, de lire cette 2e version. Aussi, il est possible que mon constat ci-dessus ne soit plus d’actualité ! À vous de me le dire en commentaire !

Pourquoi lire Et si on partait vivre au Brésil, ma chérie ?

Découvrir le Brésil de l’intérieur

Il est toujours intéressant de lire les ressentis de quelqu’un qui a vécu une expérience à l’étranger. Ses souvenirs sont du domaine du sensible et ce que la personne a retenu de son aventure n’aura probablement rien de semblable à la vôtre.

Toutefois, c’est tellement plus enrichissant que la lecture d’un guide de voyage purement informatif !

Alors avec Et si on partait vivre au Brésil ma chérie ?, vous ne découvrirez pas tout le Brésil.

Non.

Seulement ce que Lili Plume a expérimenté et ce qu’elle en a retenu, en fonction de sa propre sensibilité, et à travers le prisme de sa condition de femme d’expatrié.

Les relations sociales

Ainsi vous découvrirez la façon de vivre des Brésiliens et notamment ceux qui ont un bon niveau de revenus, car on rencontre plus facilement des gens qui vivent dans un même quartier et qui sont dans des conditions sociales similaires. Gaëlle et sa famille ne vivaient pas dans une favela !

D’ailleurs, elle mentionne les difficultés à rencontrer la population locale à plusieurs reprises comme dans cet extrait :

En fait, avec cet épisode du barbecue presque raté, on découvre un aspect étrange du fonctionnement de la société brésilienne. Il y a deux catégories sociales bien distinctes et qui ne se mélangent pas. D’un côté les gens aisés, et de l’autre, les plus pauvres, souvent noirs ou métisses et au service des premiers (..). C’est sûrement pour cette raison que certains de nos convives ne sont pas venus. Ils n’ont pas osé. D’ailleurs quand je raconte à Ana Paula, Cristina et Mariana que j’ai invité mon chauffeur de taxi, ma femme de ménage et la standardiste de l’hôtel (tous métisses), elles n’en reviennent pas : « Lili ! Ha ha ! Il n’y a que toi pour faire des choses pareilles ! »

Avec cette lecture, vous irez à la rencontre d’un peuple chaleureux et festif. Vous prendrez la mesure de certaines “institutions” dans la société comme le churrasco (le barbecue brésilien) ou les fêtes d’anniversaire pour les enfants, des réjouissances qui maintiennent un lien social fort.

Le quotidien

Vous saliverez à l’évocation de la gastronomie, vous enivrerez de caipirinha, apprendrez quelques rudiments de la langue. Lili Plume a même ajouté un « mini glossaire des mots érotiques qui font rire surtout les Français » !

Ah ! cette auteure aime rire assurément ! Elle ne semble jamais être la dernière pour s’amuser !

Vous la suivrez également dans la circulation anarchique et dans certains de ses déboires avec l’administration brésilienne. Elle s’en est plutôt bien sortie d’ailleurs !

Comme il s’agit d’un récit de vie autobiographique, vous saurez aussi ce qu’il arrive à la gazinière et à la machine à laver ou à la voiture. Les préoccupations matérielles l’occupent un bout de temps. Pas simple de s’installer au bout du monde lorsque l’on en connaît ni la langue, ni les codes !

Mais pas sûr non plus que ces aspects très matérialistes vous intéressent…

Un peu de tourisme

Côté paysages et découverte du pays, elle nous emmène en balade à São Paulo, à Rio de Janeiro, aux chutes d’Iguazú ou encore à Paraty, cette ville qui est en partie inondée deux fois par jour par l’Océan Atlantique à marée haute.

Toutefois, ces passages ne sont pas nombreux, car, si Gaëlle et sa famille ont visité un peu le pays sur cette première année d’expatriation, il ne faut pas oublier que Maxime y allait pour travailler et avait donc peu de disponibilités.

Un rare témoignage sur l’expatriation

On se fait souvent tout un tas d’idées sur l’expatriation. Certaines ne sont pas tout à fait fausses. L’expat qui part avec une offre d’emploi est souvent un privilégié dans le pays où il arrive.

D’ailleurs l’auteure en a pleinement conscience et en parle à plusieurs reprises.

Toutefois, les expatriés rencontrent aussi des difficultés, tout n’est pas toujours aussi rose qu’on pourrait le croire.

Le livre révèle l’envers du décor. C’est d’ailleurs là que réside son principal intérêt.

Le choc culturel, l’éloignement des proches et la perte de repères, la solitude, les difficultés à tisser des liens avec la population locale, le défi de s’inventer une nouvelle vie lorsque l’on est le conjoint accompagnant qui se retrouve du jour au lendemain sans travail, etc.

L’expatriation, pas sur donc que ce soit la vie de rêve telle que vous l’entendez !

Enfin, que l’histoire se passe au Brésil ou ailleurs n’a pas vraiment d’importance pour qui souhaite lire un ouvrage qui invite au changement de vie. Bien des situations, des ressentis, des questionnements sont transposables à une autre destination.

Vous avez l’opportunité de vous expatrier, mais vous hésitez encore ?

Dans ce cas, ce livre est fait pour vous !

Il relate une histoire vraie. Pas de faux-semblants, pas de non-dits. Vous saurez à quoi vous attendre si vous décidez de franchir le pas. Tout n’est pas simple tous les jours, mais Gaëlle et sa famille finissent par s’adapter et véritablement se plaire au Brésil.

Dans la vie, tout est question de choix. Des obstacles insurmontables pour les uns seront franchissables sans difficulté pour les autres et inversement. Et comme une personne avertie en vaut deux… ce livre pourrait bien décupler vos forces !

Vous vous expatriez, c’est décidé, et vous allez au Brésil ?

Alors là, Et si on partait vivre au Brésil ma chérie ? est LE livre incontournable !

L’auteure vous fait découvrir véritablement ce qu’est la vie là-bas, dans la situation qui sera la vôtre prochainement. Elle vous donne tout un tas d’astuces qui vous faciliteront votre quotidien :

  • des idées de sortie,
  • le tarif du cinéma,
  • la façon dont procéder pour aller à la piscine,
  • l’adresse pour dîner dans le meilleur restaurant japonais du coin.

Vous trouverez même des suggestions de groupes Facebook pour vous intégrer aux réseaux d’expatriés français existants !

C’est une mine d’or.

Vous faîtes déjà partie des 2 millions de Français expatriés dans le monde?

Que vous soyez au Brésil ou ailleurs, je crois que vous y retrouverez des points communs avec la situation que vous vivez. Les situations cocasses dues au choc des cultures, vous les avez vécues, inévitablement. De façon plus ou moins intense, j’en conviens, le choc n’étant pas le même lorsque l’on arrive à New York, à Dubaï ou en Inde.

Alors ce livre vous fera sourire, voire rire !

De même, vous avez traversé des périodes de doute, des moments d’affreuse solitude. Savoir que d’autres ont rencontré ces mêmes difficultés et voir les moyens déployés pour y remédier peuvent être d’une grande aide.

Et si vous êtes rentré·e, ce livre vous rappellera certainement de bons souvenirs.

Vous êtes tout simplement curieux ?

C’est une bonne chose !

Vous vous demandez si cette vie serait faites pour vous ? Si elle peut vraiment correspondre à ce que vous attendez d’une vie de rêve ?

Alors, lisez et peut-être que cela vous donnera la réponse à la question.

Car, au final, qu’est-ce que c’est, une vie de rêve ?

Cela dépend de l’endroit où vous mettez le curseur et donc, vous seul pouvez répondre à cette question.

Si vous souhaitez lire un autre livre résultant d’une expérience d’expatriation, je vous propose l’excellent roman de Leslie Héliade : La vie ailleurs. Vous irez en Inde cette fois-ci.

Faites-vous votre propre idée sur le livre en téléchargeant un extrait sur Amazon !

Cliquez sur ” FREE PREVIEW “, juste en dessous de l’image de couverture ci-dessous, et l’extrait s’affichera directement dans la fenêtre 😉

Pour en savoir plus, vous pouvez également lire ces deux articles sur le site femmexpat :

Acheter Et si on partait au Brésil, ma chérie ?

disponible uniquement sur Amazon


Partager l'article
  • 47
  • 1
  • 1
  •  
    49
    Partages
  •  
    49
    Partages
  • 47
  • 1
  •  
  • 1

4 commentaires

  • Aline

    Ah, je me sens moins seule dans le groupe des avis critiques dans un océan de louanges 🙂 Cela m’est aussi arrivé ! Concernant ce livre-ci, je ne le connais pas, mais je trouve toujours fascinant de voir des personnes ayant le courage de d’expatrier dans un pays si différent de leur lieu d’origine, bravo à Lili pour ça !

    • Carine

      Oui, Aline ! Cela m’arrive aussi d’être déçue. Et quand le livre est encensé par d’autres, on tombe d’autant plus haut !
      L’essentiel était d’en faire une critique constructive car ce livre présente aussi des atouts même s’il ne m’a pas séduite 🙂

  • Parents en Equilibre

    Un livre qui a l’air palpitant ! Ça donne toujours envie ces voyages un peu dingues de personnes qui plaquent tout du jour au lendemain. Comme une grosse bouffée de liberté !

    • Carine

      Ce n’est pas tout à fait tout plaquer lorsque l’on part avec un travail qui peut assurer financièrement pour toute la famille. On quitte ses repères, sa famille, ses amis mais la situation financière et le noyau familial restent stables, ce qui assure des repères de taille quand même. Je ne dis pas que ce qu’a vécu Lili Plume est des plus faciles, mais cela ne correspond pas vraiment à ce que j’appelle “tout plaquer” 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.